A propos de tes peurs (pratiques extrêmes)

Alors voilà, tu es prêt à franchir le cap mais une dernière question te taraude : et si c’est trop dur pour moi ? Et si je suis forcé à faire des choses que je ne veux pas faire ? Si, comme le montrent les photos ci-dessous choisies sur le volet pour leur impact, je suis fouetté au sang, piétiné avec des talons, brûlé à la cigarette, utilisé comme wc complet, ou si maîtresse Jasmine me donne son urine de la veille à boire…  Moi qui n’ai presque aucune expérience, ou tout au moins une tout autre expérience, moi qui ne supporte pas la douleur, l’humiliation, la dégradation… Comment vais-je réagir ?

Comme toujours, ta maîtresse a une réponse à cette question légitime :

Explication basique :

TES LIMITES SERONT TOUJOURS RESPECTEES


Tu ne subiras aucune pratique faisant partie des limites que tu m’auras préalablement explicité. Je flirterai peut-être avec elles en fonction de mon feeling mais j’ai toute l’expérience nécessaire pour savoir où et quand m’arrêter. Et quoi qu’il arrive, il te restera un safe word.

 

Peut-on imagine pire humiliation que celle-ci ?
J'adore ce wc avec recyclage naturel dans la bouche du soumis wc
Mes fouets, cravaches et martinets sont mes pinceaux, ta peau est ma toile

Explication plus élaborée :


Tout d’abord, au risque d’en surprendre ou décevoir certains, ou même beaucoup, il n’y a pas vraiment de sadisme en moi. Je n’éprouve aucun plaisir à te voir souffrir contre ton gré. Ainsi, je serais bien la dernière à t’attacher de force et te fouetter au sang, ou à te forcer à avaler mon caviar à coups de ma cravache si je pense que tu n’y es pas prêt.

Mais dans tout cas où tu es volontaire je le ferai avec un très grand plaisir car j’adore qu’on se soumette à mon autorité, y compris en acceptant la douleur.

Ce qui me plait donc n’est pas de te contraindre directement mais que spontanément, fut-ce seulement pendant la durée de la séance, tu sois à ma botte sans que j’ai à l’exiger.

C’est précisément pour cette raison que le vouvoiement est de rigeur avec moi car c’est le premier signe de déférence. Pour ma part, je te tutoierai toujours.

Une brûlure sur chaque fesse, de quoi se souvenir de Jasmine pendant une semaine à chaque fois qu'on s'assoit

Car ce que j’aime, par-dessus tout, c’est ton dévouement, ta docilité, ton envie irrésistible de me faire plaisir, en d’autres termes ton CONSENTEMENT, même si celui-ci s’applique à un domaine inexploré ou anxiogène pour toi. J’aime que tu te transcendes pour le seul plaisir de me faire plaisir, pour attirer mon regard, mon attention, d’une certaine manière, mon respect. Tout maître digne de ce nom ne respecte-t-il pas son chien sauveteur après un accomplissement exceptionnel ? Son esclave après une preuve incontestable de son dévouement ?

Ainsi, donc si par exemple tu es fasciné par l’idée de devenir un parfait wc de Jasmine (je prends délibérément un fétichisme extrême), je me ferai un point d’honneur à t’y entraîner progressivement, et pendant nos jeux je ferai en sorte que tu le deviennes, et j’adorerai cela si je sens que tu fais des efforts réels pour progresser.

Après une bonne flagellation, rien de mieux qu'un massage sous les pieds de la maitresse.
Voilà ma vision de l'égalité homme-femme 🙂

Mais si d’un autre côté le chemin bdsm qui t’intéresse est simplement de chouchouter mes pieds par exemple, cela me conviendra tout autant à condition que je n’ai aucun doute sur ta motivation et ta dévotion dans ce domaine. Je veux être la Reine de nos jeux, quels qu’ils soient. 

Pour ce qui est des châtiments corporels, leur principale vocation est de donner beaucoup de réalisme à notre jeu. Ils me semblent donc nécessaires s’ils ne sont pas gratuits. Il y a tjrs une bonne raison de punir un soumis 🙂 

 

 

Néanmoins, là aussi je respecte scrupuleusement les limites du soumis. Donc si tu ne veux pas de marques, tu n’en auras aucune, et si même les coups légers te sont insupportables, alors ils seront éventuellement juste symboliques. Mais si tu aimes ce type de châtiments alors je doute que tu puisses être déçu car c’est une de mes pratiques préférées et je peux aller TRES loin dans ce domaine…

Le cas échéant, un regard certes supérieur mais bienveillant se posera sur toi si tu as supporté sans (trop) broncher une correction magistrale méritée mais, sois-en assuré, il se posera aussi à chaque fois que, d’une manière ou d’une autre, tu auras été capable d’enlever certaines de tes ornières pour m’impressionner. Pour me prouver, faits à l’appui, que tu acceptes, fut-ce très subtilement, de penser et d’agir contre toi-même, contre tes peurs, contre tes convictions profondes, uniquement pour me prouver la confiance et le dévouement que tu me portes. 

 

 

Une autre vision
La peau des femmes marque autant que celle des hommes.

Certains pourraient dire que dans la perspective où tu t’interdis de me décevoir, cela relève quand même de la contrainte. Peut-être, mais cette contrainte a pour seul pilier ton attachement à mon pouvoir, ou à ta posture de soumission, fut-ce uniquement pendant la durée de la séance. Elle relève donc de TON libre arbitre. Par ailleurs, cette contrainte sera toujours progressive, graduelle. Chaque soumis est un cas particulier, une pierre brute à façonner de manière unique pour la mener sans hâte à se transcender un peu plus à chaque rencontre.

Tu n’as donc aucune raison de ne pas franchir le pas SAUF si tu n’as aucune idée de ce que tu attends, de tes limites, de ta motivation à te soumettre à mes pieds. Dans ce cas, prends tout ton temps pour y réfléchir avant de m’appeler. Mon site contient tout ce qu’il faut pour t’inspirer.

Et si je me trompe un jour, si je te crois prêt à quelque chose dont tu n’es pas encore capable ?… Il te suffira d’utiliser la phase magique : « pitié maitresse »… Pas un mot de plus ne sera nécessaire pour mettre fin à la séance.

 

Celui là en a eu pour son grade...
Sans commentaires... Celui là a du tout avaler...
Ne t'inquiète pas, si tu es novice ou très soft, il est vraisemblable que tu ne subiras rien de plus hard que cela 🙂

Laisser un commentaire

Retour haut de page