Qui est divine jasmine

A propos de moi

Je suis une dominatrice berbère algérienne de 34 ans. L’art de dominer les hommes et les femmes est devenu mon quotidien depuis l’âge de 24 ans. Mais c’est qq chose que j’ai découvert progressivement depuis mon adolescence.

Ma vision de la domination est essentiellement gynarchiste bien que, évidemment, je ne voue aucun culte particulier à la femme ni aucune haine ou mépris pour les hommes. Cependant j’ai conscience que les motivations de mes soumis et soumises préférés sont de me mettre sur un piédestal, de me considérer comme une reine, une déesse, qui leur fait l’honneur de les combler de ma présence magnanime ou despotique pendant un moment plus ou moins long. J’aime cette brillance dans leur regard, quand je les punis comme quand je les récompense. J’aime l’idée qu’ils acceptent totalement mon autorité, que celle si soit juste ou injuste à leur égard. On dira donc que plutôt que gynarchiste, j’aime simplement être en situation de suprématie totale, tant auprès des hommes que des femmes.

Je ne m’intéresse pas particulièrement à la littérature BDSM que je trouve plutôt fade à l’exception remarquable de notre marquis préféré. Et je me fiche aussi de ressembler à qui que ce soit, adopter tel language, balancer à tort et à travers des références littéraires bdsm non lues,… avoir tel look plutôt que tel autre : cuir, latex, jeans, robe berbère…  Ca dépend de mon inspiration, même si ca peut être négocié préalablement à une rencontre. Je ferai un article sur mes nombreuses tenues.

Donc pour résumer : je n’ai aucune autre inspiration dans ma démarche que ces trois convictions :

  • J’ai manifestement été faite pour dominer et c’est la posture dans laquelle je me sens le plus à l’aise.
  • Qu’on fasse du hard ou soft, du propre ou moins propre ce qui compte c’est de ne laisser aucune place  à l’indécision. 
  • Je ne cherche à ressembler à personne, je me contre-fous des codes BDSM, des pseudo règles de son milieu, ainsi que ses références littéraires .
Une remarque sur le “crade”. Oui à l’évidence je fais parfois des choses  sales, mais n’oublie jamais que c’est seulement toi qui subis cette saleté, et moi je ne fais que m’amuser à te voir accepter ton sort plus ou moins facilement. Tu dois réellement prendre ca en compte : je ne suis en aucun cas scatophile! Au contraire j’ai toujours eu un dégout spontané pour la chose. Tu ne me verras donc jamais toucher ces déchets sans gants chirurgicaux, et à l’évidence, si tu en as sur toi, je garde une distance de sécurité 🙂
 
Mais si d’une part j’ai envie de faire, d’autre part nous te considérons tous deux comme un wc, et enfin, tu t’engages à subir sans me salir de quelque manière que ce soit, alors je t’assure que je peux m’amuser à t’utiliser en restant aussi propre que si j’allais aux wc, en te donnant le même niveau de considération que le wc, et sans me sentir plus gênée que sur un wc.  Le crade est donc un moyen très simple de montrer sans bla-bla l’univers de pouvoir et de considération mutuelle qui nous sépare. Il n’est évidemment pas nécessaire à une relation BDSM, mais c’est une contrainte extrême comme une autre qui réveille le fétichisme du soumis, sa docilité et/ou sa résistance.

 

Bien entendu, même si cela va de soi, je préfère préciser qu’aucune relation sexuelle n’est envisageable pendant notre rencontre. Ne comptez pas non plus sur moi pour vous masturber avec mes mains, mes pieds ou quoi que ce soit d’autre. Il s’agît uniquement de DOMINATION. Cela dit, si vous avez été un bon soumis, je vous laisserai surement vous soulager sous mon autorité.

Enfin, sachez que je ne conçois pas une séance de domination dans laquelle je n’aurai pas le contrôle total. Il en résulte que si vous avez besoin que les choses se passent comme VOUS voulez dans le détail, alors il est inutile de me contacter. Néanmoins, sachez que dans ma grande bonté, je fais toujours l’effort de tenir compte des attentes de mes soumis, ainsi que de ne jamais leur imposer des pratiques qu’ils n’ont pas souhaité.

Quelques images

Retour haut de page